Analytics & Co Analytics au quotidien, agrémenté de webmarketing et autres curiosités

9déc/122

Un rendez-vous autour du Social Analytics

Plusieurs semaines déjà que s'est déroulé le Rendez-vous des Web Analytics version 2012, dans le cadre du salon VAD e-commerce ... il est plus que temps de partager la vision de Jacques Warren sur le Social Analytics !

Intervention de Jacques Warren sur le social analytics

Jacques Warren en piste sur le Social Analytics

La particularité sympathique de cette année ? Un thème général donné, le Social Analytics. Et les participants votant pour leurs thématiques préférées en amont de l'événement. Une approche "sociale" en guise de mise en bouche ;)
Le petit + non négligeable ?
La présence de Jacques Warren venu spécialement en France pour partager sa vision sur les thématiques soulevées. Autant dire que j'étais impatiente de pouvoir apprécier de nouveau ses talents en mode keynote.

En préambule, la règle du jeu est posée.
Des réseaux sociaux, il y en a une multitude, et au final, peu d'entre eux ressortent. C'est pourquoi l'accent est mis sur les plus connus tout au long du rendez-vous.
Devinez lesquels ?

Que vous ayez la réponse ou pas, en route pour un tour d'horizon des thématiques évoquées.

Des données à récupérer sur les réseaux sociaux ?

A l'ère des réseaux sociaux, on peut se prendre à rêver de la manne de données que cela peut représenter.

J'ai apprécié la structure proposée autour de quatre types de données à retenir :

  • Les données comportementales
  • Les données attitudinales (exemple : les partages d'opinions)
  • Les données sociales (exemple : interactions entre les membres)
  • Les données socio-démographiques :
    Celles-ci peuvent être réparties sous plusieurs angles :

    • Les différentes actions des membres, pour lesquelles il faut établir des niveaux d'action
    • Ce que les membres pensent d'une marque
    • Les interactions (denses ou pas ?), les actions spécifiques de partage

Le point fondamental est que les réseaux sociaux représentent une énorme source d'informations, volontaires.

Social Analytics, ok, mais quels KPIs ?

Entendu pour les données, encore faut-il en faire quelque chose. Rien de tel qu'une vision de KPIs à exploiter pour avancer dans le bon sens.

Si on se contente de regarder les réseaux sociaux en tant que source de trafic, on ne va guère plus loin qu'une analyse d'efficacité comparative par rapport aux autres sources. Mais de fait, ils ne jouent pas un rôle de conversion directe.
Par contre, si on privilégie une approche multitouch, on peut remarquer leur rôle potentiel en amont du cycle d'achat. Les réseaux sociaux se situent au niveau du "A" dans le modèle AIDA (Attention, Intérêt, Désir, Action).

Mais concrètement, quels KPIs peut-on retenir alors ?
Quelques propositions de Jacques Warren :

  • La taille de l'audience : ou le potentiel de "reach" (mais attention, il faut avoir un regard critique)
  • Le degré d'engagement
  • Les actions de partage, ou taux de partage
21avr/114

« Mon Twitter, mon expérience » : j’adapte ou pas ?

Social Media Network
Image: jscreationzs

Un propos un peu différent pour cet article. Je vais évoquer l'usage que j'ai de Twitter et ce qui me semble applicable -ou pas- dans mon contexte professionnel.

Quelle(s) mesure(s) et quelle pertinence en retirer ?
Il y a foison de billets sur le sujet, à chacun de faire sa propre opinion, et d'appliquer à son propre contexte (on parle encore et toujours du contexte !).

Je ne vais pas réinventer la roue donc, plutôt faire part de mes expériences.

De ma présence sur les réseaux

Avant d'aborder Twitter, quid des autres réseaux ?

J'ai choisi d'utiliser Facebook pour un usage personnel uniquement, pas d'interactions analytics. Je suis sans doute de la vieille école et ai encore du mal à mélanger les genres !
Et je ne vois sincèrement pas ce que m'apporterait Facebook dans un usage professionnel. Un profil qui permettrait des échanges avec la communauté Webanalytics ?
Merci, mais Twitter remplit ce besoin. Une fan page pour "liker" Carole Da Silva ? Hum …

Viadeo et Linked In me permettent l'inscription aux hubs et groupes pour bénéficier de l'information proposée, bien que j'ai souvent le sentiment de me retrouver dans un environnement de promotion produits. Il y heureusement de bonnes surprises aussi, il suffit de voir le groupe Web Analytics Canada - Québec sur LinkedIn, très actif, avec des échanges francophones de surcroît.

OK, Facebook, Twitter, Viadeo, Linked In, … pourquoi tout ce verbiage ?

Il m'amène directement à l'identification préalable et indispensable du ou des objectifs que l'on cherche à atteindre via une stratégie de présence sur les réseaux sociaux. Quel but servent-ils ?