Analytics & Co Analytics au quotidien, agrémenté de webmarketing et autres curiosités

Analytics & Co » Analytics » J’analyse un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… Pas du tout !
25mar/118

J’analyse un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… Pas du tout !

A propos de l'auteur
Carole Da Silva

Carole Da Silva, 14 ans de digital, Web Analytics au coeur de mon quotidien depuis 2008.
Commentaires (8) Trackbacks (0)
  1. Bonjour Carole. Il est très intéressant ton article, il décrit bien la frustration que l’on ressent à un certain moment en tant qu’analyste.
    De mon coté j’ai vécu aussi cette situation, mais maintenant j’ai la chance d’être dans une agence où je suis dédié (en théorie) à 100% à l’analyse.
    Dégager plus de 50% de mon temps à de l’analyse pure, m’a permis de prendre mon temps dans l’observation et surtout j’ai bien senti la différence que tu décris entre l’analyse et le reporting. Un (bon) rapport est en général une synthèse : des KPI généraux montrant la performance global à un instant. L’analyse c’est le contraire, c’est la décomposition de ces KPI en tous ses constituants pour comprendre quels sont les facteurs qui influent sur la mesure. L’exercice est complètement différent à tel point que j’ai maintenant l’habitude de faire deux documents lorsque je dois présenter les deux parties.

    Par ailleurs le test du So what est souvent celui que j’essaie d’appliquer le plus possible pour passer toutes les étapes vers la recommandation : observation => analyse => insight => recommandation. Lorsque que l’on se pose toujours cette question « Et alors ? » ça force à ne pas s’arrêter en cours de route. Analyser c’est bien, mais ce qui compte vraiment au final c’est l’amélioration des résultats qui passe par une optimisation et donc une recommandation.

    Les différents niveaux d’analyse que tu décris aussi est un point très important dont on parle peu. Recommander la modification de l’intitulé d’un bouton d’action n’est pas sur le même niveau que de recommander la baisse du budget media sur un canal d’acquisition particulier. (etc)

    • Bonjour François,

      un énorme merci pour ton partage d’expérience !
      Concret, clair et efficace (vivement la reprise des billets sur un certain blog qui parle d’aiguille et de botte de foin ;) )

      Je suis contente de voir que l’analyse est atteignable, ton exemple montre à quel point le facteur temps alloué à l’exercice est décisif.
      Intéressant de proposer deux types de documents (reporting + analyse), je vais appliquer cette méthode rapidement je pense. Pour l’instant, j’ai plutôt une version reporting que je tente de parsemer d’analyses…

      Mon cadre pro ne m’amène pas encore à l’ensemble de la chaine Observation > Analyse > Insight > Recommandation, mais je commence tout de même à appliquer le « So what », jalon après jalon. Tu as tout à fait raison, cela force à aller plus loin dans la réflexion.

      Au plaisir de te relire bientôt
      Carole

  2. Encore un très bon article sur l’analyse Web, dans lequel on comprend bien à quel point un analyste web peut être submergé par des informations superflues.

    Quand tu parles d’automatisation des rapports, j’avoue que cela devient une plaie pour les agences. Quand je travaillais pour l’une d’elle, on automatisait presque tous nos rapports, et on ne nous laissait jamais le temps de l’analyse avant l’envoi aux clients et aux commerciaux. L’outil se révèle alors contre-productif…

    • Je ne sais pas si ça peut être rassurant (!?), mais j’ai vécu (et vis encore) le même schéma de rapports automatisés en interne. Ça évolue doucement, fonction aussi de ce je peux apporter dans ma marge de temps disponible…

      Merci en tous cas pour ce retour sur les rapports automatisés côté agence, je vois que nous partageons les mêmes « frustrations » ;)

  3. Bonjour,

    Ce billet décrit exactement ce que je ressens dans mon travail quotidien. Et je ne pense pas être le seul.
    Je suis partagé entre la volonté d’en finir avec le reporting et de passer aux recommandations et la peur d’induire en erreur l’entreprise parce qu’il me manque le contexte.

    Pour éviter cela, j’essaye de focaliser mon travail sur la révélation de problèmes et d’émettre des hypothèses de causes possibles. Je me tiens ensuite à la disposition des gens du métier pour passer en revue ces hypothèses et aider à déterminer les actions à mener.
    Comme tu le dis, il nous manquera toujours le contexte, même si on interroge à fond les personnes concernées.
    De plus, si on détermine les actions avec les gens du métier, elles auront plus de chances d’être mises en place. Je pense que c’est dans un dialogue entre l’analyste et les spécialistes de l’entreprise que les meilleures recommandations peuvent émerger.

    Merci encore de nous faire partager ton vécu.
    Benoit

    • Bonjour Benoit,

      je suis heureuse d’avoir lancé ce blog ne serait-ce que pour le partage d’expériences via les commentaires !
      Le fait de savoir que l’on n’est pas seul(e) à vivre telle ou telle problématique fait déjà.

      A mon tour de te dire merci de partager ton approche pour pallier le manque de contexte, je pense déjà à un cas pratique d’application.
      Au final, et tu le soulignes bien, la clé fondamentale reste le dialogue.
      A bientôt,

  4. Merci Carole pour cet excellent article :) !

    Tu montres très bien toute la difficulté du Web Analyste, tiraillé entre l’envie de tout mesurer et la volonté de faire des recommandations stratégiques sans se perdre sous une multitude de chiffres et de données.

    J’espère aussi passionnément que demain je deviendrai pratico analyste. En attendant, une bonne pratique peut être de faire le test du « So What? » (http://www.kaushik.net/avinash/2010/03/kill-useless-web-metrics-apply-so-what-test.html)

    • Merci Florian !

      Oui il est souvent difficile de ne pas céder à la tentation de mesurer tout et n’importe quoi, d’autant que la demande de mes utilisateurs va aussi dans ce sens !
      En guise d’alerte j’ai affiché au bureau une maxime trouvée il y a quelques temps via Twitter : « Measuring everything can be as much waste of time as measuring nothing. Move from WTF to KPI! »
      Bien vu pour le « So what » de Avinash (son blog est une véritable mine d’or) :)


Laisser un commentaire

(required)

Aucun trackbacks pour l'instant